Justice de genre dans les procès contre les “Ausiliarie” de la République de Salò. Les actions de la Corte d’assise straordinaria de Turin pendant les années 1945-1947

By Cecilia Toninato (Summary of Master’s Thesis in History at the University of Torino, 2017)

Mes recherches ont porté sur les procès et les jugements d’un groupe de vingt-trois femmes qui ont collaboré avec le nazi-fascisme pendant la République de Salò (1943-1945) et qui, pour cette raison, ont été jugées par la « Corte d’assise straordinaria » (Cour d’assises extraordinaire) de Turin pendant les années 1945-1947. Sur un total de 117 collaboratrices jugées, je me suis concentrée sur 23 femmes en raison de leur participation au « Servizio ausiliario femminile » (Service auxiliaire féminin), crée le 18 Avril 1944. Ces femmes ont donc volontairement décidé de combattre aux côtés du nouveau gouvernement fasciste de Salò.

La problématique de cette recherche est la suivante : pouvons-nous parler d’une « justice de genre » pour les cas des femmes jugées pour collaboration par la « Corte d’assise straordinaria » de Turin ?

L’objectif premier des tribunaux créés après la Seconde Guerre mondiale a été de punir les collaborateurs, pour rendre justice aux personnes lésées par le régime fasciste. Mais il faut toujours garder à l’esprit que les Cours se sont trouvées confrontées à la mentalité de l’époque et à de nombreux préjugés communs.

A Turin, la résistance était en outre très importante et largement soutenue par la population, qui était venue en aide aux partisans. La poursuite des collaborateurs y était dès lors un devoir d’autant plus important.

Les tribunaux étaient assaillis de personnes voulant assister aux procès. Par conséquent les juges et les avocats ont pu être influencés par l’état d’esprit du public. Pendant les six premiers mois de fonctionnement de la Corte d’assise straordinaria de Turin, des haut-parleurs ont été installés à l’extérieur des tribunaux pour permettre au plus grand nombre de personnes d’entendre les jugements. Pendant les procès contre les femmes, cet intérêt se fit encore plus marqué.

> Cecilia Toninato, Giustizia di genere nei processi alle “Ausiliarie” della Rsi: l’operato della Corte d’Assise Straordinaria di Torino (1945-1947),
Università degli Studi di Torino, Corso di Laurea Magistrale in Scienze Storiche, Promoteur de mémoire (Relatore) Prof. Mauro Forno, année académique 2015/2016, 6 avril 2017, 138p.
> Image: Jugement, Corte d’Assise Straordinaria (1945)

Cecilia Toninato – les procès des Ausiliarie de la République de Salò

Le procès d’Otto Siegburg (1949): la justice belge et le crime contre l’Humanité

Lors de la journée d’étude « Le siège de la Gestapo à Bruxelles – Reconnaissance et conservation » qui a été organisée le vendredi 21 octobre 2011 à la Bibliothèque Royale par la Mémoire d’Auschwitz ASBL et la Fondation Auschwitz, Marie-Anne Weisers a présenté ses recherches sur le procès Siegburg “Un chasseur de Juifs au tribunal. Otto Siegburg, la justice belge et le crime contre l’humanité”. Cette journée a porté sur le siège de la Gestapo à Bruxelles et les éventuelles possibilités de classement des caves des bâtiments occupés. Le classement définitif de ces caves a eu lieu en janvier 2016.

Les actes du colloque ont fait l’objet de la publication suivante: Daniel Weyssow (dir.), Les caves de la Gestapo. Reconnaissance et conservation, Paris, Éditions Kimé, 2013, 213 p. (n° 5)